Voulez-vous faire du français votre langue par défaut sur ce site ?

2012-12-28

La Mauritanie se prépare à la guerre chez son voisin malien

Par Jemal Oumar et Bakari Gueye pour Magharebia à Nouakchott – 28/12/12

  • 3

Comme nombre de ses voisins maghrébins, la Mauritanie a décidé de renforcer la protection de ses frontières, à la lumière des récentes évolutions de la situation au Mali.

Les habitants des villes mauritaniennes frontalières avec le Mali se disent de plus en plus inquiets.

Après les combats très durs contre le Mouvement national pour la libération de l'Azaouad (MNLA), Ansar al-Din, affilié à al-Qaida, a pris fin novembre le contrôle de la ville malienne de Léré, à 70 kilomètres seulement de la ville mauritanienne stratégique de Fassala Néré.

Alors que la guerre se profile et au vu de l'incertitude entourant une éventuelle participation de la Mauritanie aux opérations, al-Qaida au Maghreb islamique (AQMI) a décidé d'occuper cette ville frontalière pour envoyer un message à la Mauritanie.

"Depuis plusieurs mois, une trêve tacite est observée entre AQMI et l’armée mauritanienne", a expliqué Eli Ould Maghlah, spécialiste des questions militaires. "La Mauritanie a en effet décidé de ne pas intervenir contre les terroristes tant que ces derniers se gardent d’établir leurs camps à moins de 200 kilomètres de ses frontières à l’intérieur du territoire malien. Pour sa part, AQMI a cessé ses attaques contre la Mauritanie."

Il a ajouté que des unités de l'armée mauritanienne avaient commmencé à intensifier leurs actions et à mobiliser des troupes le long de la frontière. "Elles ont également renforcé leurs opérations de recherche et de contrôle de ceux qui franchissent cette frontière", a ajouté cet expert.

"La population locale s'est habituée à ses activités militaires, et ne semble plus dérangée par ces opérations de routine", a expliqué Abdullah Ould Sid al Mokhtar, l'un des notables locaux dans la ville frontalière de Bassiknou, à Magharebia. "Les gens sont conscients qu'ils ne se trouvent qu'à quelques jets de pierre d'un ennemi féroce, un ennemi représenté par des terroristes capables de s'infiltrer à tout moment par la frontière."

Khaled Abou El-Abbas, le terroriste également connu sous le pseudonyme de "Laaouar", a mis en garde contre une éventuelle intervention lors d'un entretien avec le quotidien al-Akhbar publié le 27 novembre. "On peut éviter le déclenchement de la guerre, mais qui pourrait contenir ses conséquences ou empêcher son élargissement à d’autres zones ?", avait-il affirmé.

Pour le politologue Mohamed Ould al-Aqel, "si la Mauritanie et l'Algérie réussissent à protéger leurs frontières, les groupes terroristes se trouveront alors assiégés de toutes parts."

"Traquer leurs éléments sera alors facile, parce qu'ils seront chassés sur plusieurs fronts. Mais j'estime probable que ces deux pays interviendront indirectement en répondant aux tentatives d'intrusion commises sans aucun doute par des terroristes attaqués depuis le sud par les forces africaines", a-t-il ajouté.

L'impact d'AQMI sur la jeunesse mauritanienne continue néanmoins de croître, car les perspectives d'emploi demeurent rares.

"A l'issue de leur formation, beaucoup de jeunes Mauritaniens se retrouvent au chômage", explique le journaliste mauritanien Moussa Ould Hamed. "Leur principal recruteur reste AQMI, qui par ailleurs leur promet un avenir dans l’au-delà. C’est ce qui explique la massification des rangs d’AQMI par les jeunes Mauritaniens."

Mohamed Vall Ould Oumère, directeur du journal La Tribune, souligne que les premiers recrutements par AQMI remontent à 2003, lorsque "quelques jeunes Mauritaniens, souvent perdus pour le pays, et ayant fait de la prison après avoir été accusés d’appartenir à la mouvance islamiste, avaient gagné les camps d’entraînement du GSPC dans le Sahara malien".

Ce phénomène s'est renforcé avec l'arrivée d'un pouvoir civil en 2007, qui a libéré les principaux éléments du mouvement islamiste, ajoute-t-il.

Que pensez-vous de cet article ?

15

Abonnez-vous à notre newsletter et recevez les derniers articles de Magharebia dans votre boîte aux lettres électronique.

PUBLIEZ VOTRE COMMENTAIRE 3

Anonymous_thumb

Vous n'êtes pas inscrit. Les commentaires anonymes sont vérifiés. Inscrivez-vous pour que votre commentaire soit publié immédiatement - En savoir plus

Ou publiez votre commentaire en utilisant :

* INDIQUE UN CHAMP OBLIGATOIRE

  1. Anonymous_thumb

    rahal 2013-1-1

    une bande de je ne sais quoi fait trembler les etats du sahel et Afrique du nord on autait tout vu en 2012 avec leurs moyens aeriens terrestres et navales il est deplorable de prendre les gens pour des canards sauvages la betise humaine ne fait que s'emplifiee bien sur avec la benediction des vereux et des ripoux tout le monde marche dans la combine

    • 0 Aime

  2. Anonymous_thumb

    Taleb HABIB 2012-12-31

    notre ami OUMER je crois que vous trompez de date. La Mauritanie a subie avant 2007 les effets d'insécurité des frontières et elle en a eus après cette date également. JE crois que vous faites allusion à une époque de reigne d'un compatriote Mauritanien qui ne manque pas de ce qu'on peut dire mais surtout pas les actions du GSPC; en plus la responsabilité de la sécurité était entre de bonnes mains...

    • 0 Aime

  3. Anonymous_thumb

    Mawloud Ould Daddah 2012-12-29

    Neutraliser la menace extrémiste et terroriste dans la région exige une action militaire urgente et consistante

    • 0 Aime