Voulez-vous faire du français votre langue par défaut sur ce site ?

2012-12-06

AQMI utilise ses otages comme moyen de pression au Mali

Par Jemal Oumar et Bakari Gueye pour Magharebia à Nouakchott – 06/12/12

  • 2

Al-Qaida au Maghreb islamique (AQMI) et le Mouvement pour l'unité et le djihad en Afrique de l'Ouest (MUJAO) tentent d'utiliser leurs otages algériens et européens pour empêcher une intervention dans le nord du Mali.

"Nous nous opposerons à la menace internationale qui est brandie contre nous en engageant le combat et le djihad", a déclaré Ahmed Ould Amer, l'émir de la brigade Oussama ben Laden du MUJAO et membre du Conseil de la sharia du groupe, le lundi 3 décembre

Les terroristes basés au Mali "tentent de faire pression sur le gouvernement algérien en exploitant les souffrances des familles des diplomates enlevés", a expliqué l'analyste Abderrehman Ould Dah, "notamment dans la mesure où l'exécution du vice-consul d'Algérie Taher Touati n'a pas eu l'influence escomptée sur la position du gouvernement algérien, et ne l'a pas poussé à accepter leurs conditions".

"Le MUJAO craint que l'Algérie ne réponde pas aux appels à la négociation, ce qui pourrait pousser d'autres gouvernements de la région à adopter la même approche ; cela entraînerait indubitablement l'échec du commerce de prise d'otages", a-t-il conclu.

Le MUJAO n'est pas le seul groupe terroriste présent au Mali à tenter d'utiliser les otages pour empêcher une intervention militaire de la Communauté économique des Etats de l'Afrique de l'Ouest (CEDEAO).

AQMI s'efforce également de jouer la même carte, comme le montrent les propos tenus par son leader Abdelmalek Droukdel (alias Abou Moussaab Abdelouadoud) à Sahara Media, samedi dernier.

S'adressant aux familles des otages français, Droukdel a en effet déclaré : "Le Président Hollande met en danger les vies des otages français en adoptant la politique de la fuite en avant." Il a ajouté que le chef de l'Etat français "prépare une intervention militaire, et creuse ainsi la tombe des otages français qui sont détenus par notre groupe."

"Si l'un de ses proches se trouvait parmi ces otages, il ne mettrait pas leur vie en danger en s'aventurant dans une guerre dans le désert brûlant", a ajouté le leader terroriste.

Le journaliste Ibrahim Ould Nafie a expliqué à Magharebia que les déclarations de Droukdel étaient juste "de la propagande et l'exploitation des sentiments des familles des otages", ajoutant qu'il s'agissait d'une tentative pour opposer les familles des victimes au gouvernement français.

Selon Jidou Ould Sidi, journaliste spécialisé dans les questions de sécurité, la situation sécuritaire au Sahel s'est détériorée ces derniers mois, et les habitants de la région en paient le prix.

"Même les travailleurs humanitaires sont contraints de quitter la région, qui est devenue très dangereuse", a-t-il ajouté.

Un sentiment partagé par le professeur de politique Ba Mamadou, qui explique que "depuis plusieurs mois maintenant, un certain nombre d'organisations humanitaires internationales ont mis fin à tous les déplacements de leurs personnels occidentaux dans la région de Gao, dans le nord-est du Mali."

"Certaines ONG internationales agissent dans la plus grande discrétion, utilisant des véhicules sans plaque d’immatriculation pour poursuivre leurs opérations avec plus de sécurité dans la région", a-t-il ajouté. "C’est à Gao que la situation est actuellement la plus préoccupante, mais des alertes ont également été lancées dans d’autres régions du Mali."

Que pensez-vous de cet article ?

5Dislike

Abonnez-vous à notre newsletter et recevez les derniers articles de Magharebia dans votre boîte aux lettres électronique.

PUBLIEZ VOTRE COMMENTAIRE 2

Anonymous thumb

Vous n'êtes pas inscrit. Les commentaires anonymes sont vérifiés. Inscrivez-vous pour que votre commentaire soit publié immédiatement - En savoir plus

Ou publiez votre commentaire en utilisant :

* INDIQUE UN CHAMP OBLIGATOIRE

  1. Anonymous thumb

    kader benmeghsoul 2013-3-2

    Selon des débats ça et là relatifs à cette sale guerre qui prend forme au nord du Mali, il apparaitrait que cette dernière doit etre livrée totalement, pas uniquement contre quelques groupes terroristes isolés.Il n'y a aucune difference entres ces groupes car ils sont tous animés au nom du djihad de mener leur besogne au nom d'Allah et ce, pour s'enrichir,trafiquer et tuer les pauvres innocents.Il n'y a ni aqmi,ni mnla,ni ansar eddine,mujao qui comptent, c'est tous des khorotos.Il faudra les cibler et les abattre à l'arme très lourde quitte à utiliser les gaz ou l'arme atomique pour infecter leur région.Il n'y a pas de négociations avec des gens de cette race.Alors,comme Hitler l'avait contre les juifs afin de les anéantir, c'est de cette manière qu'il faut agir.La méthode d'Hitler n'était pas appréciable car c'était unhumain MAIS contre cette horde sauvage, c'est l'unique et seule solution.Ni les droits de l'homme ou amnesty international viennent contredire cette démarches car on ne défend pas des assassins sauvages.Les lois doivent obligatoirement changées.Les criminels tuent et se cachent derrière des législations internationales.Ce monde doit changer de caractère à l'egard de tout type d'assassinant.L'humanisme en a pris un gros coup.

    • 0 Aime

  2. Anonymous thumb

    Yacine 2012-12-7

    L'évolution de la situation dans le Nord-Mali, ces derniers temps, me pousse à me poser les questions suivantes: 1- Il y a des partisans d'un dialogue entre tous les maliens, qui disent, qu'il faut que les Maliens se démarquent des groupes terroristes, et se mettent sous les "ordres" de Bamako. L'objectif recherché est d'isoler les terroristes, pour , peut être, pouvoir mener des actions militaires ciblées. Cette variante laisse supposer que les hommes armés du MNLA et de Ansar Eddine combattront du côté de l'armée malienne.Les partisans de cette démarche sont l'Algérie, la Mauritanie, les USA, le Burkina Faso, la Grande Bretagne, le Tchad et une partie de la population (blanche) du Nord Mali. 2- Il y a les partisans de la guerre totale (les va-t-en guerre) qui disent engageons le combat, tout de suite, contre tous les hommes armés, maliens ou autres, qui sont dans le Nord Mali, c'est à dire le MNLA, Ansar Eddine, AQMI, MUJAO.Les partisans de cette démarche sont, la France,surtout, la Côte d'Ivoire, le Niger, le Sénégal et une grande partie de la population noire du Sud Mali, les Bambara notamment. Ma question est la suivante: Pourquoi les groupes terroristes, le MUJAO en tête, s'acharnent ces derniers temps, contre l'Algérie et la Mauritanie, deux pays favorables au dialogue, et non pas contre les pays partisans d'une guerre totale? A moins que ces terroristes aimeraient se payer les troupes de la CEDEAO, comme ils l'ont fait avec l'armée malienne?

    • 0 Aime