Voulez-vous faire du français votre langue par défaut sur ce site ?

2012-02-22

Le Maroc répond aux souffrances des habitants frappés par la vague de froid

Par Siham Ali pour Magharebia à Rabat – 22/02/12

  • 4

Les habitants des zones enclavées au Maroc souffrent en cette saison hivernale marquée par une vague de froid sans précédent. Certains douars sont coupés du reste du Maroc à cause de la neige. Mais les habitants vont bénéficier d'une opération d’assistance déployée par la Fondation Mohammed V et le ministère de l’Intérieur.

Hajja Fadma de Beni Mellal raconte à Magharebia que durant les 65 ans de sa vie, elle a vu mourir des femmes en accouchant et des bébés à cause du froid et de l’enclavement car l’offre de soins manque cruellement, ainsi que les routes qui sont chaotiques.

"Le froid est tellement vigoureux que nous sentons que nous allons mourir et nous disposons de peu de moyens pour nous réchauffer," s’exclame-t-elle.

Pour pallier la situation, la Fondation Mohammed V a débloqué six millions de dirhams pour une opération d’assistance déployée par le ministère de l’Intérieur et la Gendarmerie Royale. Ce projet a été lancé le 8 février au profit des populations des douars situés dans les régions montagneuses et enclavées de la région d’Azilal-Béni Mellal et d’autres localités.

Farid Tanjaoui Jazouli, responsable du pôle humanitaire à la Fondation signale que celle-ci tient à atteindre toutes les zones de la région, même les plus inaccessibles.

Cette opération concerne 11 000 ménages répartis sur 154 douars. Ces ménages bénéficieront de couvertures et de produits alimentaires appropriés à la période hivernale.

Aicha Aït Haddou, militante associative à Azilal, estime que c’est une excellente initiative bien accueillie par les habitants qui souffrent d’une très grande vague de froid.

Du côté du nouveau gouvernement, on promet de désenclaver les zones rurales et montagneuses en réfléchissant à des solutions durables.

L’équipe de Abdelilah Benkirane consacre en 2012 un milliard de dirhams pour le fonds de développement rural, soit le double du montant initial. Le chef du gouvernement a promis d’accélérer le rythme de réalisation des routes rurales ainsi que de doter les zones concernées par les services de base notamment l’eau, l’électricité, les services de soins, les écoles…

Le ministre de l’Equipement Abdelaziz Rebbah signale que le gouvernement a l’intention de poursuivre les chantiers déjà entamés tout en créant un équilibre et une complémentarité entre les différents programmes lancés par les différents départements ministériels en la matière. Il indique que le désenclavement ne concerne pas uniquement les routes et le transport mais touche également d’autres domaines comme la santé, l’enseignement et le développement humain.

"Le climat change et ces changements deviennent structurels. Il faut adopter une nouvelle stratégie notamment au niveau de l’urbanisme prenant en considération les nouvelles conditions climatiques," relève-t-il.

Le parlementaire du PJD Ahmed Itouna signale que les efforts gouvernementaux, jusque-là déployés, restent insuffisants et inéquitables en raison de l’absence de critères objectifs dans la définition des besoins des différentes zones.

Il explique que plusieurs de ces dernières sont enclavées en permanence et non seulement à cause de la neige. Il tire la sonnette d’alarme : "Certains habitants n’arrivent pas à se déplacer car les moyens de transport ne peuvent pas arriver à leurs douars. Les camions de ravitaillement en denrées alimentaires ont du mal à percer. Ce qui se répercute sur les prix."

Que pensez-vous de cet article ?

1

Abonnez-vous à notre newsletter et recevez les derniers articles de Magharebia dans votre boîte aux lettres électronique.

PUBLIEZ VOTRE COMMENTAIRE 4

Anonymous_thumb

Vous n'êtes pas inscrit. Les commentaires anonymes sont vérifiés. Inscrivez-vous pour que votre commentaire soit publié immédiatement - En savoir plus

Ou publiez votre commentaire en utilisant :

* INDIQUE UN CHAMP OBLIGATOIRE

  1. Anonymous_thumb

    Idir d'Azilal 2012-2-23

    Oui , la situation est en alerte ! dans les alentour d'Azilal ..Surtout à Ait Abdi!.Le désenclavement touche , depuis l'existence de ses tribus, les routes qui sont en général en ¨toufna ¨ et impossible de rejoindre l'autre rive , sans l'aide des ânes et des mulets , à cause ses cailloux plantés au milieu de ses sentiers et à cause des virages serrés et dangereux !! désormais Le désenclavement touche bien sur d’autres domaines tel la santé, l’enseignement.Le froid est tres rigoureux ? la température joue entre -8 et -12 pendant cette période de l'année , impossible de sortir de chez soi, jusqu'a la fin de la trêve hivernale. ce mois ci , et pour la 2 eme fois,les habitants vont bénéficier d'une opération d’assistance épaulé par la Fondation Mohammed V et le ministère de l’Intérieur mais , la question qui se pose ? pourquoi les habitants d"Ait abdi ont -ils choisi de vivre a la sort ? Et pour construire une route jusqu'au douar ? il nous faut au moins 200 milliards !!! le gouverneur d'Azilal à visiter ce lieu accompagné des journalistes , le voyage est un enfer ! la demande des habitants est vraiment quasi impossible ! Ça va coûter très cher au royaume, la solution c'est de choisir un autre coin, non loin de chez eux où ils seront bènificiè de l' èlèctricitè , l'enseignement , la santé... Leur réponse était: ¨mon !! M.le gouverneur ¨

    • 0 Aime

  2. Anonymous_thumb

    A. BEN HAJ TAIEB 2012-2-23

    Au lieu de gaspiller l'argent public dans la construction et le look de bâtiments administratifs inutiles, le gouvernement devrait décréter les zones montagneuses " sinistrées " et activer les mesures d'urgence pour mettre ces populations oubliées au même niveau d'attention que le reste du Royaume.

    • 0 Aime

  3. Anonymous_thumb

    hafido 2012-2-23

    "ces dernières sont enclavées en permanence et non seulement à cause de la neige". oui les marocains sont surtout enclavés par la soif de richesse du roi et sa mafia. dehors dirigeant véreux et tout ira mieux.

    • 0 Aime

  4. Anonymous_thumb

    Anonymous 2012-2-23

    Pourquoi est-ce que nous devons affronter de telles situations ? Nous adressons des accusations à l'état ou au gouvernement, même s'il reste à peine quatre mois au pouvoir. Mais nous oublions, ou faisons semblant d'oublier, qui sont les vrais instigateurs de ces crises. A mon avis, ce sont des citoyens ou des habitants, des représentants locaux, des parlementaires régionaux, des surveillants des projets locaux, des responsables locaux ou des délégués ministériels dans ces régions, même si leur devoir se limite à la sécurité parce que le développement, c'est la sécurité.

    • 0 Aime