Voulez-vous faire du français votre langue par défaut sur ce site ?

2012-01-30

Le Maroc lance de nouveaux programmes de création d'emplois

Par Hassan Benmehdi pour Magharebia à Casablanca – 30/01/12

  • 6

Un jeune diplômé marocain est mort la semaine dernière, six jours après avoir tenté de s'immoler par le feu à Rabat. La mort d'Abdelwahab Zeidoun, le 24 janvier, est la dernière en date d'une vague de suicides par le feu qui agite le Maghreb. Ce jeune manifestant de 27 ans faisait partie d'un groupe de jeunes diplômés qui avaient organisé un sit-in de deux semaines devant le ministère de l'Education pour obtenir des emplois dans la fonction publique.

Ces manifestants se plaignaient d'avoir été les laissés pour compte d'une initiative destinée à embaucher des jeunes directement aux termes d'un accord conclu l'an dernier avec le précédent gouvernement.

Bien qu'il ait été titulaire d'un diplôme en sciences de l'information de l'Université de Fez, Zeidoun ne parvenait pas à décrocher un emploi. Lui et un autre jeune avaient alors tenté de s'immoler le 18 janvier.

Pour répondre à cette vague grandissante de mécontentement populaire, le Maroc a mis en oeuvre toute une panoplie de mesures visant la création d'emplois. Les autorités espèrent que cette série de projets aidera les jeunes du Royaume à se tourner vers des fins positives, les tenant à l’écart de parcours potentiellement destructeurs.

Outre les programmes déjà existants tels que Moukawalati, Taahil et Idmaj, le gouvernement a élaboré une nouvelle feuille de route qui prévoit la mise en place de trois autres programmes.

"Moubadara" (Initiative) est consacré à l’emploi au sein des associations de proximité dans les secteurs sociaux et éducatifs. "Taatir" (Formation) vise les chômeurs de longue durée et devrait permettre à 50 000 personnes de trouver un emploi chaque année, et "Istiaab" (Assimilation) est destiné à intégrer le secteur informel dans l'économie formelle.

Le chômage des jeunes est une priorité pour le nouveau gouvernement, qui s'efforce de trouver des solutions appropriées et de répondre aux attentes de l'opinion, a expliqué à Magharebia le ministre de l'Economie et des Finances Nizar Baraka.

Mais les programmes antérieurs du gouvernement ont été critiqués par le Conseil économique et social pour leur manque de pertinence.

Mourad Arrouchi, un diplômé au chômage faisant partie des "Cadres de la solution du 1er mars", reste sceptique quant aux promesses des responsables.

"Nous allons continuer à nous mobiliser sur tous les fronts pour notre intégration dans la fonction publique, et peu en importe le prix", a-t-il déclaré. D’autres accusent certains responsables gouvernementaux de recruter les personnes sur la base de critères familiaux ou du favoritisme.

Si certains économistes font valoir que ces nouvelles mesures pourraient s'avérer insuffisantes pour stimuler l'emploi, ils reconnaissant la difficulté et la complexité du problème.

"Nous devons être réalistes car dans un contexte marqué par des difficultés budgétaires, on ne peut pas embaucher à tours de bras, sinon on risque de déséquilibrer davantage le déficit budgétaire", explique l'analyste financier Abdo Hakim. "Les recrutements doivent répondre à un besoin manifeste et les prétendants doivent répondre aux critères de compétences requis."

Que pensez-vous de cet article ?

9Dislike

Abonnez-vous à notre newsletter et recevez les derniers articles de Magharebia dans votre boîte aux lettres électronique.

PUBLIEZ VOTRE COMMENTAIRE 6

Anonymous thumb

Vous n'êtes pas inscrit. Les commentaires anonymes sont vérifiés. Inscrivez-vous pour que votre commentaire soit publié immédiatement - En savoir plus

Ou publiez votre commentaire en utilisant :

* INDIQUE UN CHAMP OBLIGATOIRE

  1. Anonymous thumb

    ARGAZEN 2012-6-24

    Le problème, c'est qu'il n'y a pas de politique méthodique qui garantisse des opportunités égales. Le gouvernement devrait se montrer rationnel.

    • 0 Aime

  2. Anonymous thumb

    fekkak 2012-2-5

    Bonjour Il faut que l etat donne une petite remunirations au jeunes pour pouvoir se deplasser pour chercher emploies prendre un cafe ....

    • 0 Aime

  3. Anonymous thumb

    Mohamed 2012-2-1

    Si vous avez les cheveux blonds vous pouvez faire ce que vous voulez au Maroc mais si vous avez les cheveux noirs vous êtes exclu de tout même d'aller aux toilettes dans un café public. Si on me donne l'opportunité de partir à l'étranger je ne reviendrai jamais dans ce pays nul. Désolé de dire ça mais c'est ce que je ressens.

    • 0 Aime

  4. Anonymous thumb

    ali.. 2012-1-31

    Salam alikoum. Que Dieu accorde le repos à l'âme de tous les défunts !

    • 0 Aime

  5. Anonymous thumb

    احمد 2012-1-31

    Salam alikoum. Une question : Est-ce que le quotidien Al Massae n'a pas de marocains libres et concernés par leur pays ?

    • 0 Aime

  6. Anonymous thumb

    rochd 2012-1-31

    Bonjour, Une petite indemnité pour les diplômés serait un premier pas vers l’arrêt de ce désespoir.Pourquoi ne pas attribuer un budget de la zakatte et les donations ou créer une caisse d'allocation familiale marocaine? ou faire une émission de solidarité et des dons pour la maladie de la pauvreté?

    • 0 Aime