Voulez-vous faire du français votre langue par défaut sur ce site ?

2011-11-15

L'Algérie cherche de nouvelles approches pour lutter contre les catastrophes naturelles

Par Ademe Amine pour Magharebia à Alger – 15/11/11

Malgré les sommes considérables consacrées chaque année à la sécurité face aux catastrophes naturelles, l'Algérie reste extrêmement vulnérable contre ce type de sinistres.

"Nous n’avons pas les moyens financiers pour construire des systèmes d'évacuation ni ériger des digues pour contenir les eaux des oueds en cas de crues", a déclaré jeudi 10 novembre Abdelmalek Sella, ministre des Ressources hydrauliques, sur les ondes de la radio nationale.

Le plan national de protection contre les inondations "qui implique l’ensemble des secteurs et plusieurs communes du pays" exige des investissements colossaux, a-t-il expliqué à l'occasion du dixième anniversaire des inondations dévastratrices de Bab El Oued, qui avaient fait plus de 800 morts.

En raison de l’exode massif des populations durant les années 1990, les zones touchant les cours d'eau ont été occupées de manière anarchique, a ajouté le ministre.

"Les gens ont construit sur les bords de rivières, et nous n’avons pas les moyens humains d’interdire ces constructions", a-t-il poursuivi. "La police fluviale est en sous-effectif, c’est à peine si elle arrive à contrôler les forages sauvages ou l’utilisation des eaux usées pour l’irrigation. Il faut une solution globale."

Il a annoncé qu’il sera désormais interdit de construire sur les berges des oueds et dans les plaines inondables.

En plus de ces deux problèmes humains et matériels, un autre paramètre vient compliquer l’équation : le gouvernement n’arrive pas à convaincre les citoyens de contracter des assurances contre les catastrophes naturelles.

Le marché des assurances contre les catastrophes naturelles, le CAT-NAT, "progresse, mais n'a pas encore atteint un niveau satisfaisant", selon Hadj Mohamed Seba, directeur général de la Compagnie centrale de réassurance (CCR).

L'Algérie est connue pour sa vulnérabilité aux séismes et son exposition permanente aux inondations, et, à moindre échelle, aux glissements de terrains. Selon la CCR, seuls huit pour cent des propriétés industrielles et commerciales et quatre pour cent des logements privés sont protégés contre de tels sinistres.

"Etant un pays à très forte séismicité dans sa partie nord (le littoral), l’Algérie n’est pas à l’abri d’un tsunami qui serait généré par un séisme de forte magnitude", a fait savoir le Réseau algérien des sciences de la mer (RASMER), à la fin du mois d'octobre.

L'organisme a insisté sur le développement d’une stratégie nationale de gestion des risques majeurs. Il a de même recommandé la création d’une cartographie dynamique des quelque 1 200 kilomètres du littoral algérien, où se concentrent plus de 70 pour cent de la population.

A ce titre, le tremblement de terre qui a frappé la wilaya de Chlef en 1980 a occasionné deux milliards de dollars de pertes économiques, celui de Mascara en 1994 50 millions de dollars de dégâts matériels, sans compter les pertes humaines. Les inondations qui ont frappé Alger en 2001 ont coûté plus de cinq millions de dollars.

Le tremblement de terre de Boumerdès en mai 2003 reste la catastrophe naturelle la plus dévastatrice en termes de pertes matérielles, avec plus de 5 milliards de dollars de dégâts recensés.

Face à l'envergure des catastrophes passées, le gouvernement engage des sommes très importantes pour garantir la sécurité.

"L'assurance contre les catastrophes naturelles auprès de réassureurs internationaux nous coûte 246 millions de dollars", a déclaré le directeur de la Compagnie centrale de réassurance (CCR), soulignant que la CCR est le seul réassureur en Algérie pour les risques liés aux catastrophes naturelles.

La CCR ne couvre toutefois le coût des catastrophes naturelles qu'à concurrence de 4 millions de dollars, a-t-il ajouté. Lorsque la valeur totale des dommages dépasse cette somme, la CCR récupère la différence auprès des assureurs étrangers.

Que pensez-vous de cet article ?

14Dislike

Abonnez-vous à notre newsletter et recevez les derniers articles de Magharebia dans votre boîte aux lettres électronique.

PUBLIEZ VOTRE COMMENTAIRE 0

Anonymous thumb

Vous n'êtes pas inscrit. Les commentaires anonymes sont vérifiés. Inscrivez-vous pour que votre commentaire soit publié immédiatement - En savoir plus

Ou publiez votre commentaire en utilisant :

* INDIQUE UN CHAMP OBLIGATOIRE