Voulez-vous faire du français votre langue par défaut sur ce site ?

2009-01-16

La chanteuse tunisienne Sonia Moubarek parle de son art

Par Jamel Arfoui pour Magharebia à Tunis – 16/01/09

  • 1

La Tunisienne Sonia Moubarek a débuté sa carrière à l'âge de 12 ans avec son premier album single, et enchanté le public par son assurance et ses grandes qualités vocales. La chanson, intitulée "Ihkili Aliha ya baba" (Ne m'en parle pas, Papa), était interprétée avec Adnan Al Shouashi.

Aujourd'hui chanteuse professionnelle, son ambition va bien au-delà des limites de son art. Dans un entretien avec Magharebia, Sonia a parlé de son intention de créer un monde meilleur.

Sonia est actuellement en train de préparer sa prochaine tournée aux Etats-Unis, dirigée par le compositeur palestinien Simon Shaheen, qui vit à New York. Pour cette tournée, elle envisage de chanter des chansons du répertoire musical arabe.

Magharebia : Parlez-nous de votre prochaine tournée aux Etats-Unis.

Sonia Moubarek : Ma prochaine tournée aux Etats-Unis s'inscrira dans un projet musical plus vaste proposé par le musicien Simon Shaheen appelé ASWAT. Ce projet présentera au public américain l'âge d'or de la musique arabe classique de 1940 à 1955, par le biais du répertoire d'Oum Kalthoum, d'Ismahan, d'Abdelwahab, de Fayrouz et de Wadih El-Safi.

[Parmi les villes inscrites au programme de cette tournée se trouvent New York, Washington, Ann Arbor, et Berkeley].

Magharebia : Quel sera votre public lors de cette tournée ?

Moubarek : J'ai chanté devant un grand nombre de publics très divers, à la fois occidentaux et arabes. Je pense que c'est à travers la musique que nous pouvons communiquer le mieux sur notre identité culturelle dans toute sa richesse.

Magharebia : Quel message souhaitez-vous faire passer lors de cette tournée américaine ?

Moubarek : Dans tous mes projets artistiques, mon message est le même : communiquer avec les autres, et mettre en place un dialogue culturel et artistique. Cela renforce la connaissance des gens sur les aspects à la fois traditionnels et novateurs de la culture méditerranéenne arabe et tunisienne en même temps. Pour moi, l'art est plus qu'un moyen d'expression ; c'est un moyen universel d'établir des connexions entre les peuples et d'appeler à la tolérance, ainsi qu'un moyen essentiel de promouvoir la paix.

Magharebia : La langue est-elle une barrière qui empêche un public non arabophone d'apprécier pleinement votre musique ?

Moubarek : Au contraire. J'ai découvert que bien qu'il ne comprenne pas l'arabe, le public occidental est intéressé par ma musique. Elle a un type de sensibilité différent de celle de la musique occidentale. Cela m'a permis d'organiser de grandes tournées en Europe et de donner quelques concerts aux Etats-Unis, et d'obtenir le Diapason d’Or en France pour mon CD Takht diffusé dans le monde par Harmonia Mundi.

Magharebia : Vous avez parfaitement dirigé le Festival de la Chanson de l'an dernier en Tunisie. Sonia Moubarek est-elle intéressée par l'idée d'organiser un festival de la chanson du Maghreb ?

Moubarek : J'ai dirigé le Festival de la Musique Tunisienne de 2005 à 2008. Nous avons essayé d'introduire de nouvelles traditions, en particulier un site web consacré au livre d'or des visiteurs du festival.

Nous avons aussi présenté des types de musique autres que la chanson, comme un concours du meilleur morceau instrumental, un concours des groupes de musique, et deux concours de chanson tunisienne sous toutes ses formes d'expression, populaires ou non, pour rendre ce festival accessible à toutes les générations de compositeurs, de musiciens, de chanteurs et de poètes.

Nous avons également donné à ce festival une dimension maghrébine en organisant des soirées du Maghreb et en diffusant ce festival dans l'ensemble du Maghreb.

Nous avons aussi organisé de nombreuses manifestations en marge du festival, comme une exposition de photos en partenariat avec le Centre Musical Arabe et Méditerranéen, des classes de maîtrise dirigées conjointement par le Conservatoire Supérieur de Musique de Tunis, et le premier spectacle musical tunisien.

Magharebia : Pour Sonia Moubarek, quels sont les principaux obstacles empêchant la propagation de la chanson maghrébine ?

Moubarek : La chanson maghrébine doit s'intégrer dans un réseau de distribution international si elle veut être présente sur la scène musicale mondiale.

Que pensez-vous de cet article ?

14

Abonnez-vous à notre newsletter et recevez les derniers articles de Magharebia dans votre boîte aux lettres électronique.

PUBLIEZ VOTRE COMMENTAIRE 1

Anonymous thumb

Vous n'êtes pas inscrit. Les commentaires anonymes sont vérifiés. Inscrivez-vous pour que votre commentaire soit publié immédiatement - En savoir plus

Ou publiez votre commentaire en utilisant :

* INDIQUE UN CHAMP OBLIGATOIRE

  1. Anonymous thumb

    jihene waz 2009-1-24

    Bravo sonia et bonne continuation

    • 0 Aime